Quelle tenue pour un enterrement ?

Quelle tenue pour un enterrement ?

Dans l’absolu, on préférera le noir et les autres couleurs sombres lors d’un enterrement, même si le dress code a beaucoup évolué et les traditions se montrent moins rigides. Toutefois, il ne faut pas oublier que la tenue à privilégier est celle qui respecte le mieux les traditions, la religion ou encore la culture de la famille du défunt. Voici nos conseils pour exprimer vos condoléances sans faute de goût.

La classe sociale et le culte de la famille du défunt

Dans les circonstances douloureuses de la disparition d’un proche, la tenue vestimentaire n’est pas vraiment la chose à laquelle on pense en premier. En plus de la douleur intense avec laquelle il va falloir composer, il faut faire constater le décès, réaliser la déclaration de décès dans les 24 heures qui suivent la constatation, organiser les obsèques, prévenir l’entourage, prévoir des cartes de remerciement décès, etc. Mais voilà, que vous soyez de la famille du défunt ou simplement un ami venu partager ce chagrin, la question de la tenue vestimentaire se posera très vite. Comment honorer la mémoire du défunt sans fausse note ? Que ce soit pour une inhumation ou une crémation, vous allez devoir faire preuve d’un certain tact pour ne pas risquer le hors-piste. En réalité, la tenue vestimentaire à privilégier à l’occasion d’un enterrement dépend de deux variables : la classe sociale du défunt et de sa famille ainsi que leur religion.

Mais rassurez-vous : s’il était coutume (il y a encore une petite vingtaine d’années) de sortir son costume du dimanche pour les enterrements, on assiste aujourd’hui à la banalisation du style vestimentaire du deuil. De plus en plus de personnes choisissent d’assister aux funérailles en portant leurs vêtements de tous les jours. On se distinguera par une contribution financière, par la lecture d’un texte, le choix d’une vidéo, la diffusion de photos communes avec le défunt ou encore en se montrant serviable pour aider la famille dans ces moments douloureux.

Tenues classiques, voire conservatrices

Si la tradition est aujourd’hui moins stricte, on vous conseille vivement de rester dans les classiques pour que vos vêtements ne jurent pas avec ceux des autres. Restez sur une tenue noire ou, à défaut, bleu marine ou grise. Oubliez les t-shirt ou les polos à imprimé. Préférez une tenue unie. Les seules couleurs gaies qui peuvent être tolérées à petite dose sont le rouge foncé et le violet. Optez pour des coupes classiques, voire « conservatrices ». Pour les hommes, on évitera bien sûr les shorts et les bermudas.

Pour les femmes, il est de bon goût d’éviter les jupes trop courtes, les crop top et les décolletés plongeants, que la cérémonie ait lieu à l’église ou pas. Si l’enterrement se déroule en été par une chaleur étouffante, les hommes pourront porter des chemisettes et un pantalon en toile légère. Les enfants et les adolescents peuvent se contenter d’un jean foncé et d’un t-shirt noir sans motif. Côté artefacts, on évitera les bijoux bling bling. Les lunettes de soleil ne sont pas interdites, mais il faudra opter pour de montures sobres. Le défunt vous a déjà offert une montre, un collier, un bracelet, un chapeau ou un foulard ? Portez ce cadeau en hommage. Concernant les chaussures, optez pour le confort sans compromettre l’élégance. Les talons sont à éviter : ils s’enfonceront dans un sol humide, ils feront du bruit dans un silence de cathédrale et vous risquez de trébucher dans un terrain accidenté.

Ces conseils s’appliquent généralement dans toutes les circonstances, mais il vous appartient de vous renseigner sur le culte de la famille du défunt pour vous habiller en conséquence. Pour un enterrement musulman, aucune tenue particulière n’est requise, pour peu que l’on s’habille sobrement et sans exubérance. A un enterrement juif, les hommes sont tenus de porter la kippa pour la cérémonie à la synagogue, même si ce n’est pas une obligation. Au moindre doute, n’hésitez pas à demander conseil à la famille du défunt. Personne ne vous reprochera de vouloir respecter le culte et les traditions de la famille.